Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié depuis Overblog

Publié le par luna

BIENVENUE

"Dans L'Histoire du Thé"

Avec plus de 5000 ans d’histoire, les légendes et autres histoires autour du thé sont nombreuses. Elles varient selon les pays, de la Chine au Japon en passant par l’Inde et sont intimement liées aux cultures religieuses, bouddhistes par exemple, ou aux grands personnages de l’époque.

 

En 2737 avant notre ère quelque part en Chine, et plus précisément sous un arbre, se reposait un étrange empereur: Shennong, le “laboureur divin”. Son corps était humain, sa tête était celle d’un buffle et son être avait, semble-t-il, quelque chose de divin. Il fait partie des Trois Augustes avec Fuxi découvreur des trigrammes et de la divination et Huangdi qui instaura les noms de familles, les rites… Shennong, lui, apporta au peuple chinois l’agriculture (et notamment le riz, le soja, le millet, le blé, le sorgho). Toutefois pour que les Chinois puissent aller au champ il fallait veiller à leur santé. C’est ce qu’il fit: il créa également cette médecine préventive, principalement à base de plantes, la médecine chinoise de l’époque. Nous lui devons ainsi le Shennong Bencao qui est le premier herbier de Chine.

 

Ce jour là Shennong était donc, modestement, assis au pied d’un arbre sauvage. Certains racontent qu’à la suite de recherches sur les plantes il s’était intoxiqué. Il faisait bouillir de l’eau, afin de la purifier, lorsqu’une bise se leva et fit tomber deux-trois feuilles dans cette eau frémissante. Il la vit alors changer de couleur et fut réjoui du parfum qui s’en dégageait. Il décida de goûter et découvrit un breuvage à la fois riche en arômes et aux nombreuses vertus, dont celle d’aider à la désintoxication.

 

 

Au Japon, l’histoire serait un peu différente : au bout des trois années, Bodhi-Dharma, épuisé, finit par s’endormir pendant ses dévotions. A son réveil, furieux de sa faiblesse et accablé par sa faute, il se coupa les paupières et les jeta à terre. Quelques années plus tard, repassant au même endroit, il constata qu’elles avaient donné naissance à un arbuste qu’il n’avait jamais vu auparavant. Il en goûta les feuilles et s’aperçut qu’elles avaient la propriété de tenir les yeux ouverts. Il en parla autour de lui et on prit l’habitude de cultiver le thé aux endroits où il était passé.

 

 

En Indes, une autre légende, cette fois on raconte que le prince

Bodhi Dharma; troisième fils du roi Kosjuwo, fut touché par la grâce

et décida de quitter son pays pour aller prêcher en Chine les préceptes

de Bouddha.

Pour se rendre plus digne d'une telle mission, il fit voeu de ne pas dormir

pendant les neuf années de son périple.

Vers la fin de la troisième année,  pourtant, il fut pris de somnolence et

allait succomber au sommeil, lorsque, cueillant, par hazard, quelques feuilles

d'un théier sauvage, il les mordit machinalement.

 

Les vertus tonifiantes du thé firent aussitôt leur effet :

Dharma se ragaillardit et puisa dans ces feuilles, la force de rester

éveillé, pour les six dernières années de son apostolat.

 

 

Commenter cet article